LIVRAISON GRATUITE SUR NOS TRIANGLES DE PIKLER

La pouponnière LÓCZY, naissance d’un lieu d’expérimentation.

Emmi Pikler

 

Le docteur Emmi Pikler est une pédiatre Hongroise. Elle crée en 1946 un lieu d’accueil pour les enfants orphelins de guerre. Cette pouponnière lui permet de mettre en pratique ses nombreuses découvertes sur le développement de l’enfant. Notamment sur le lien d’attachement, sur son développement moteur et psychique. Marqué par une époque ou les bébés abandonnés ou sans mères sont parqués dans des berceaux, traités sans attention particulière, et surtout laissés seuls avec eux même. Elle mesure le désastre de ces pratiques qui se résume à nier l’humanité de ces enfants. En ne leur apportant aucun soin, juste le nécessaire pour la survie physique, les enfants deviennent silencieux, frustrés, carencés d’amour et d’attention.

C’est avec la conviction profonde qu’on ne peux pas faire un monde paisible avec des individus ayant été privé d’attentions et d’amour, qu’elle organise ce lieu unique en Europe.

 

La théorie de l’attachement, l’importance des soins.

 

Dans cette pouponnière visionnaire tout est réfléchi pour répondre aux besoins de l’enfant. Et surtout le besoin de se sentir aimé. Dans le livre de Jean Liedlof « le concept du continuum » paru en 1975, on retrouve cette théorie d’attachement qui part d’un constat simple : si l’enfant reçoit l’attention et les soins dont il a besoin dans sa petite enfance, il naitra en lui la conviction qu’il est aimé de façon inconditionnelle au plus profond de son être.

Privés de leurs parents et de leurs repères, ces enfants ont besoin de ne pas se sentir seul au monde. Emmi pikler mise une grande partie de sa réussite sur la qualité des soins apportés aux enfants et leur personnalisation. Ces moments privilégiés sont idéaux pour tisser un lien de qualité et de confiance. Chaque nurse, a des enfants attitrés dont elle s’occupe avec attention. Les bains, les repas, les changes, deviennent des instants privilégiés. Entre douces paroles, caresses, jeux… l’enfant tisse un lien solide d’attachement à sa référente. C’est cette base affective qui lui permettra de sentir en sécurité. « Je sais que quelqu’un pense à moi, prends soin de moi et réponds à mes besoins. ».

La motricité libre

 

La théorie de l’attachement et la motricité libre sont interdépendants.

En effet, lors de sa pratique pédiatrique à vienne, le docteur Pikler met en évidence plusieurs choses.

 

  • Les enfants élevés à la campagne ont moins d’accidents que ceux élevés en ville.
  • Les enfants plus dégourdis ont une meilleure connaissance de leur corps, de leurs limites et du danger.
  • L’enfant a besoin d’un lien d’attachement solide pour avoir confiance en lui.

 

A partir de ces constations, elle organise la pouponnière de façon à ce que les enfants ne soient pas « parqués », qu’ils puissent être actifs et libres de leur mouvements.

 

Ce qui était valable pour ces orphelins et applicable à notre société moderne. Où par confort,  on place les enfants dans des youpalas, des parcs, des transats, des chaises hautes, des poussettes  etc ... On les incite à s’assoir et se mettre debout avant l’heure, on les sur-stimule.  D’un côté nous les empêchons d’être actifs, de l’autre nous intervenons dans leur apprentissage moteur comme initiateur.

 

Claire Corbel, psychomotricienne : « A chaque fois que l’on va aider un enfant alors qu’il n’est pas en danger, alors qu’il entreprend quelque chose qui semble de son niveau moteur, le message qu’on va lui donner (et indirectement on ne s’en rend pas toujours compte) c’est : sans moi t’es pas capable »  Elle terminera en concluant : « Notre rôle à nous va être simplement de lui aménager l’espace et d’assurer sa sécurité affective ».

 Propos issus du film «  La motricité libre, bien dans son corps, bien dans sa tête » de Anne Jochum.

 

Ainsi, l’enfant qui a confiance en lui, découvrira l’équilibre, les repères espaces/temps, la coordination, le rythme. En temps voulu et lorsqu’il se sentira prêt.

 

Voici une affiche du site Bougribouillons.fr qui résume ces propos :

 

Comment mettre en place la pédagogie PIKLER chez moi ou dans un lieu d’accueil ?

 

Selon Emmi Pikler, on mesure la qualité des soins et de la relation d’attachement, à la qualité de l’activité libre de l’enfant. Plus un enfant est en demande d’attention perpétuelle, et reste incapable de s’occuper seul, moins il a confiance en son référent.

L’idéal est donc d’accorder à chaque enfant, non pas une attention constante, mais une attention de qualité. Être présent différemment pour lui, rester humble en le laissant expérimenter, découvrir, être actif. « Le rôle du parent ou de l’accompagnant n’est pas d’enseigner, mais d’accompagner » Dr Angnès Szanto feder. Elle ajoute «  l’enfant qui est toujours en demande de l’adulte pour être actif, pour jouer, c’est qu’on a réussi à l’étouffer ».

C’est grâce à la valeur des soins apportés au tout petit, que celui-ci construira un lien de confiance avec son référent.

Quelques pistes pour améliorer la qualité des soins :

  • Verbaliser, apporter une attention particulière aux paroles adressées à l’enfant.
  • Prendre un temps privilégié sans être interrompu, agir avec douceur.
  • Ne pas changer la personne référente en lieu d’accueil
  • Observer pour mieux connaitre l’enfant, afin de personnaliser la relation.

 

Le porter en écharpe ou en porte bébé physiologique peut être également une bonne manière de tisser un lien d’attachement.

Il est utile pour un professionnel de se tourner vers des associations tel que « Pikler Lóczy-France » qui propose ses formations.

Comment aménager l’environnement de l’enfant ?

 

Sécurité :

  • Enlever les objets fragiles à hauteur des enfants.
  • Mettre des blocs portes, cache-prise, barrières de sécurités dans l’habitation.
  • Tenir les animaux éloignés des lieux de motricité libre.

 

Aménagement :

  • Proscrire : transats, parcs, youpalas...
  • Privilégier le tapis au sol, et la position sur le dos pour les bébés.
  • Choisir des structures sécurisées et étudiées pour la motricité libre.

 

Tenue de l’enfant :

  • Veiller à ce qu’il soit pied nu ou avec une paire de chaussures très souple (pliable en longueur et largeur facilement)
  • Lui mettre des vêtements souples, leggings, sarouel, joggings…

 

Pour compléter ces informations :

 

Nous vous invitons à consulter les livres suivants :

 

 

Les films :

  • La motricité libre, bien dans son corps, bien dans sa tête. D’Anne Jochum
  • Documentaire « "Loczy, une maison pour grandir" Bernard Martino

 

Nous vous invitons à retrouver le matériel Pikler que nous proposons sur notre boutique. Et en particulier notre produit phare, le triangle de Pikler.

4 commentaires

  • Excellent article ! Moi qui chercher a comprendre l’interet de la motricité libre et donc de la pédagogie pickler c’est parfait

    claire
  • Je vient de découvrir votre site il est vraiment top, Merci pour ce blog

    Ferrigno
  • Merci pour cet article, il permet vraiment de comprendre le but de cette pédagogie !

    Anna
  • Super article, très intéressant

    LOUISE

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés